Raïhanyat,

Le Site Officiel De Mohamed  Saïd Raïhani

 

  at_desk

                                                                                                                                   

 

Six Micro-nouvelles

 

Par Mohamed Saïd Raïhani

 

Micro-nouvelle 1

L’HOMME  ET  LE CHIEN

 

Les gardiens de la prison se demandèrent sur les raisons pour lesquelles un chien se trouvait dans la même cellule qu'un homme prisonnier. Après tant de patience et de curiosité, ils apprirent que le chien refusa, à sa manière, le verdict qui voulut le séparer de son maître et s’évanouit après avoir entendu la condamnation de son maître à vie avec travaux forcés.

Quand les gardes poussaient, par le bout de leurs bottes, le plat et le morceau de pain sous la porte de la cellule, ils gardaient les yeux grands ouverts pour examiner la réaction et l'entente des deux détenus au bord du même plat.

Au début, l'homme mangeait du pain trempé dans la sauce et laissait l'os pour le chien.

Ensuite, quand le buffle salé fut autorisé aux détenus, l'homme mangeait le morceau de viande  introduit dans le plat et laissait l'os pour le chien.

Plus tard, lorsque l'administration permit au poulet d’entrer dans les cuisines de la prison, l'homme mangeait le morceau de poulet et laissait les os pour le chien.

Enfin, lorsque les cuisines de la prison préparèrent pour la première fois de la viande hachée pour les prisonniers à l'occasion de l'arrivée d'une délégation étrangère au nom d'une organisation internationale des droits de l'homme, l'homme avala toute la ration sans rien laisser au chien qui ne put  croire ses propres yeux,

Qui resta longtemps silencieux à regarder son maître,

Qui commença à gémir et gémir,

Qui fut pris par une attaque de fol aboiement

Et qui finit par attaquer son maître et le dévorer.


Micro-nouvelle 2

PHISIOGNOMONIE

                                                                                                         

Le jeune homme pressait l’allure, fumant nerveusement une cigarette qui faillit  lui brûler les lèvres et serrant sous l’aisselle une bouteille de mauvais vin. Il se précipitait en direction d’un bordel dont les prostituées, déchaînées, se livraient au racolage en appelant les passants à travers les grillages des fenêtres.

 

Un vieil homme au visage de physiognomoniste lui adressa la parole sans même le saluer:

-«Tu me parais solitaire, alcoolique et malheureux!»

 

Quand le jeune homme s’arrêta, surpris et choqué, le vieil homme repris:

-«Le tabac, c’est pour les hypertendus, l’alcool pour les malheureux et les bordels pour les timides qui ne peuvent faire face aux femmes dans la vie publique!»

 

Il  finit sa lecture et s'éloigna à pas sures et posés, laissant, derrière lui, le jeune homme méditer son propre visage reflété sur  la dérisoire bouteille de vin toujours coincée sous son aisselle.


Micro-nouvelle 3

REVOLUTION

 

"Vive Pougatchev, leader de la Révolution Paysanne!"

"Vive Pougatchev, leader des paysans rebelles!"

"Vive Pougatchev! Vive Pougatchev!", scandaient  les trente mille paysans en révolte contre la politique de l'Impératrice Katherine II, en agitant leurs fusils en l'air derrière Emelian Ivanovitch Pougatchev, un déserteur de l'armée russe qui prétendit être l'Empereur légitime que l'impératrice Katherina II avait assassiné, en promettant ses adeptes d’abolir le système féodal, de libérer les serfs et de donner aux paysans le contrôle de  la terre qu'ils labouraient.

Pougatchev menait la parade en chevauchant son cheval en direction des grandes villes, tout confiant de son poids, de la loyauté de ses adeptes et de la bénédiction que les moines lui accordaient le long du chemin avant qu'il ne saute du dos de  son cheval, terrifié, s'évadant vers les rochers et les buissons des vallées pour éviter la poursuite effrénée  de ses propres partisans qui vinrent d’apprendre que leur Impératrice Katherine II donnerait une récompense substantielle  à quiconque lui livrerait Emelian Ivanovitch Pougatchev mort ou vif.


Micro-nouvelle 4

NIETZSCHÉENNE

 

La prostituée exigea l’avance avant de suivre son client dans la jungle d’à côté tout en l'aguichant avec ses  démonstrations érotiques et en produisant avec  son corps des rondelles féeriques et des cercles magiques qui monopolisèrent  toute l’attention de sa victime et annihilèrent  toute sa résistance avant qu’un brigand n’envahisse leur territoire, ébranlant de la main gauche une épée et étendant la main droite vers les seins de la prostituée.

 

Furieux, le client sauta sur son rival. Ils se trouvèrent immédiatement tous les deux sur terre en se criant dessus, se giflant, se poussant tout en roulant de droite à gauche et de gauche à droite alors que la prostituée, sous un cèdre près de l’arène du combat dans une séance de strip-tease, se déshabillait avec un érotisme outré en attendant de célébrer la victoire avec l’homme qui emportera le duel.


Micro-nouvelle 5

LA JUNGLE

 

Il s’aperçu, soudain, qu’il fut entouré par les gangsters de l'aube qui lui demandèrent  d'une seule voix:

-"Sors  l'argent dans tes poches ou tu vas le regretter!"...          

Il regarda les couteaux pointus à son cou, sa hanche, son dos et son ventre puis leur donna tout l'argent dans les poches de son pantalon.

Une fois qu'ils furent partis, la victime se précipita vers le plus proche poste de police pour protester contre l'insécurité qui régnait sur ce jungle de pays où les citoyens ne bénéficiaient d'aucune protection à part la Protection Divine qui aveugla les voleurs alors qu’il y avait autant d’argent dans ses chaussettes que dans ses poches.

Ayant fini de protester, la victime sortit du commissariat et se retrouva entouré de nouveau par les mêmes gangsters avec les mêmes armes qui l’ordonnèrent d'une seule voix:

- "Sors  l'argent que tu caches encore dans tes chaussettes ou tu vas bien le regretter!"...


Micro-nouvelle 6

LE SEUIL DU CELIBATAIRE

 

 Quand il fait jour,  les voisines qui éduquent leurs enfants à les aimer et obéir, n’épargnent aucun effort pour les punir quand leurs petits osent saluer  ou même sourire  au jeune homme célibataire du quartier.

 

Quand il fait nuit, les voisines  n’économisent aucun effort pour avoir des liens en tout genre avec le jeune homme célibataire du quartier.

 

En réponse à la question sur la contradiction entre leur vie d’éducatrices pendant la journée et leur vie d’amantes pendant la nuit, elles répondent:


- "Nos désires vis-à-vis nos amants sont incompatibles avec l'éducation de nos enfants!"

 

 

 PAGE D’ACCUEIL

 

 

 

 

 

 

 

ESSAIS

 

NOUVELLES

 

MICRO-NOUVELLES

INTERVIEWS

TEMOIGNAGES

L’AUTEUR

 

TOUS DROITS RESERVES

 

e-mail:  mohamed_said_raihani@yahoo.com

 

 enote

<title>http://www.raihanyat.com/frenchversion-shortshorts-index.htm</title>

<meta name="description" content="Mohamed Saïd Raïhani, micro-nouvelle, micronouvelle">

<meta name="keywords" content="micro-nouvelles, micro-récits, micro-narration">